Poésie

le jardin en poèmes – 5. L’Ennemi

Dans le cadre de notre démarche pour valoriser et partager avec le plus grand nombre l’exploration de l’héritage culturel par les jardins et les paysages, nous vous proposons divers textes et poèmes sur les jardins. Voici le cinquième, bonne lecture.

5. L’Ennemi

Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage,
Traversé çà et là par de brillants soleils ;
Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage,
Qu’il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils.

Voilà que j’ai touché l’automne des idées,
Et qu’il faut employer la pelle et les râteaux
Pour rassembler à neuf les terres inondées,
Où l’eau creuse des trous grands comme des tombeaux.

Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve
Trouveront dans ce sol lavé comme une grève
Le mystique aliment qui ferait leur vigueur ?

– Ô douleur ! ô douleur ! Le Temps mange la vie,
Et l’obscur Ennemi qui nous ronge le cœur
Du sang que nous perdons croît et se fortifie !

Charles Baudelaire

 

 

«L’Ennemi tiré du recueil « Les Fleurs du mal » publié en 1857. Il est révélateur du spleen Baudelairien, de l’angoisse qui étreint le poète, quand il constate les ravages du temps sur son organisme. Grâce à l’art, il met en forme ce malaise existentiel, ce qui constitue une manière de l’exorciser.
L’écriture apparaît alors comme un remède à l’usure du temps et au dégoût de soi qu’inspire au poète sa dégradation progressive : l’art permet d’opposer la résistance de l’intelligence à la force corrosive de la nature. Le poète survit alors par sa parole.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s