Poésie

le jardin en poèmes – 3. Après trois ans

Dans le cadre de notre démarche pour valoriser et partager avec le plus grand nombre l’exploration de l’héritage culturel par les jardins et les paysages, nous vous proposons divers textes et poèmes sur les jardins. Voici le troisième, bonne lecture.

3. Après trois ans

Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
Je me suis promené dans le petit jardin
Qu’éclairait doucement le soleil du matin,
Pailletant chaque fleur d’une humide étincelle.

Rien n’a changé. J’ai tout revu : l’humble tonnelle
De vigne folle avec les chaises de rotin…
Le jet d’eau fait toujours son murmure argentin
Et le vieux tremble sa plainte sempiternelle.

Les roses comme avant palpitent ; comme avant,
Les grands lys orgueilleux se balancent au vent,
Chaque alouette qui va et vient m’est connue.

Même j’ai retrouvé debout la Velléda,
Dont le plâtre s’écaille au bout de l’avenue,
– Grêle, parmi l’odeur fade du réséda.

Paul Verlaine

 

«Après trois ans» tiré du recueil « Poèmes Saturniens » publié en 1866. Paul Verlaine nous apparaît comme un adolescent qui cherche à retrouver les premières sensations amoureuses ou à renouer un dialogue avec celle qui fut son inspiratrice et qu’il a aimé sincèrement. La tonnelle suggère des moments intimes sous sa fraîcheur. Toutefois la statue de Velléda nous rappelle que cet amour n’était pas partagé et que sa muse qui lui avait préféré par convenance un mari de circonstance quelques années plus tôt restera fidèle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s